8ème missive /8

A bientôt

OI-017Malgré mes avertissements, te voilà décidé à en savoir plus long, et tu as fait ta demande. Cette porte que je t’avais entr’ouverte, tu veux maintenant en franchir le seuil.

En te posant des questions comme en te renseignant auprès de moi, tu as senti en toi le désir de savoir, de connaître, de percer ces « Mystères » dont tu as compris qu’ils n’ont rien de mystérieux. Parce que tu as frappé, nous allons t’ouvrir; parce que tu as demandé, nous allons te donner; parce tu cherches, tu trouveras.

Il me faut encore t’expliquer comment nous fonctionnons.

Sur le plan matériel, les loges subsistent par les cotisations de leurs membres, ce qui leur permet de résoudre, plus ou moins bien, leurs obligations financières. Ce minimum est indispensable à toute organisation humaine, ton Parrain t’en dira le montant et tu jugeras plus tard si c’était trop, surtout quand nous te demanderons à ton tour de tenir les comptes.

Je dois te dire que nous ne pourrions ni subsister, ni remplir nos obligations envers nos Frères sans la générosité de ceux qui le peuvent. Chacun consulte son cœur en même temps que ses finances et nous apporte sa contribution dans les moments difficiles que traversent l’un ou l’autre d’entre nous, tout en gardant l’espoir de n’en être jamais le bénéficiaire.

Sur le plan moral, tu trouveras le réconfort quand tu seras dans la peine, et notre amitié désintéressée quand tu seras dans la joie. Une amitié, un conseil ou même une oreille attentive ont souvent fait plus qu’une aide matérielle. L’amitié ne se mesure pas.

Je crois te l’avoir déjà dit, tu vas recevoir la visite de trois enquêteurs. Quand tu les recevras, reçois-les comme des amis. Ils viennent pour te connaître et t’apprécier, non pour te juger ou te critiquer. Tu sauras un jour que leur tâche est plus difficile et plus délicate que la tienne. À choisir, je préférerais être à ta place qu’à la leur.

Ensuite, nous te recevrons pour te poser des questions, mais tu auras les yeux bandés pour ne pas voir celui qui t’interrogera. Ainsi, nous conserverons notre anonymat et tu ne seras pas influencer par notre visage, puisque tu ne nous verras pas.

Sauf des cas exceptionnels ou bien particuliers, nous ne refusons personne. Il est difficile de dire si quelqu’un est digne d’être reçu ou non. Nous cherchons seulement à savoir d’une part si le candidat est sincère et perfectible, d’autre part s’il est prêt à recevoir l’initiation.

Si la Loge ne juge pas dans son unanimité que tu peux être initié, nous te demanderons de refaire ta demande dans six mois ou un an. Tu auras eu le temps de mûrir tes raisons, nous apprendrons à mieux te connaître, nous verrons comment tu as pu évoluer.

Ce délai ou période de probation n’est jamais un temps perdu. Au contraire, il nous lie souvent plus étroitement avec le candidat. Tu seras alors pour nous ce qu’est l’enfant pour la famille. Il faut savoir attendre une naissance, nous attendrons ton initiation. Ainsi, il n’y aura d’erreurs ni d’un côté, ni de l’autre et nous saurons attendre tant et aussi longtemps qu’il sera nécessaire.

Si tu persévères, si tes sentiments sont nobles, je pourrai t’appeler mon « Frère » (ou ma « Sœur ») et crois-le, rien ne me ferai autant plaisir.

De ton initiation, il te restera marqué, au plus profond du cœur, ce bras qui t’aura soutenu, cette main qui t’aura conduit, cette chaleur humaine que nous t’aurons donné pour que tu la transmette à d’autres.

En t’initiant, ce sont des générations à venir que nous allons initier à travers toi, tout comme nous tenons notre savoir de ceux qui nous initiés, nos propres initiateurs.

Ce temple, nous allons t’apprendre à le connaître et à l’aimer. Ces symboles, nous allons te les faire comprendre; le sens profond des choses et peut-être de la vie et de la mort, nous allons t’aider à en percer les mystères.

Aucune question ne sera inutile, car c’est dans la question que gît la solution. Il suffit de défaire la gangue qui l’entoure pour extraire le diamant, il faut tailler le diamant pour qu’il jette des feux de toutes ses facettes. Rien ne fait plus plaisir à un Maître que d’être dépasser par son élève. Chacun de tes progrès sera notre joie.

Que de chemin parcouru depuis notre première rencontre! Si tu te reconnais encore physiquement, tes amis ont déjà constaté des changements en toi.

Tu es toujours le même et tu n’es déjà plus le même. C’est que tu commences à te poser des questions.

Qu’en serait-il le jour où tu auras franchi la porte, où tu auras reçu la lumière, où tu auras commencé à œuvrer parmi nous, où tu auras acquis l’assurance de celui qui sait ce qu’il sait et ce qu’il ne sait pas, où tu auras élargi ta famille jusqu’aux antipodes!

De tout mon amour fraternel,

Ton ami